L’épargne salariale en France

En 2013, les salariés ont pioché dans leur épargne salariale de manière assez importante. En effet, ils ont retiré 3,5 milliards d’euros, en partie grâce au plan de déblocage exceptionnel, mais cela n’explique pas tout.

Selon l’Association Française de la Gestion Financière (AFG), l’encours d’épargne salariale atteignait 104,4 milliards d’euros à la fin de l’année dernière. Cette hausse et le franchissement de la barre symbolique des 100 milliards semble énorme si on la compare à la fin de l’année 2012, soit plus de 9,8 milliards d’euros.

Cependant ce n’est dû qu’aux marchés, bien que le CAC 40 ait gagné 18% en 2013 !

Par contre, si on observe uniquement les souscriptions, le bilan est inverse, car les rachats ont été largement supérieurs aux versements : 15,2 milliards contre 11,7 milliards d’euros. Les salariés ont pris 3,5 milliards de leurs plans d’épargne salariale, en parti grâce aux mesures de déblocage exceptionnel qui ont eu lieu entre juillet et décembre 2013. Pour ceux qui ont oublié, ces mesures permettait de retiré de l’argent de manière anticipée, mais avec un plafond de 20 000 euros.

Par contre, d’après l’Association Française de la Gestion Financière ces mesures n’ont généré que 2,2 milliards d’euros de retrait, ce qui n’explique par l’ensemble des retraits effectués (44% des flux sortants du 2eme semestre).

Necotrans

Il y a fort à parier que la pression fiscale et la diminution du pouvoir d’achat ont poussé les salariés à tirer de l’argent de l’épargne salariale au deuxième semestre de l’année passée. Cette tendance suit les retraits des supports d’épargne plus courants de l’automne 2013, ce qui confirme que la fin d’année fut difficile pour de nombreux ménages Français.