La Suisse sera privée d’Erasmus

Suite au référendum Suisse sur les quotas d’immigrés, les députés européens ont voté une mesure de rétorsion de l’UE qui touchera 10 000 étudiants.

L’union Européenne vient de mettre en place les premières sanctions contre la Suisse. La plus emblématique est la suppression du programme Erasmus pour les étudiants venant de Suisse. A partir de l’année prochaine (septembre 2014) les 10 000 étudiants suisses qui chaque année profitent du système scolaire des pays européens devront rester chez eux. Cette mesure fait suite au blocage du travail des étrangers en Suisse, principalement des travailleurs provenant de l’UE.

Une autre sanction est la suppression des bourses ERC (European Research Council) pour les chercheurs suisses. La première agence de financement pan-européenne offre des enveloppes pouvant aller jusqu’à 1,5 millions d’euros pour les jeunes chercheurs et jusqu’à 2,5 millions pour les chercheurs confirmés, ce qui permets aux lauréats de recruter une équipe et de se procurer les moyens nécessaires pour accomplir leur projet. Les chercheurs qui travaillent pour une institution suisse ne pourront plus postuler aux différentes bourses.

EdRam

Hannes Swoboda, le président du groupe socialiste, a déclaré que la Suisse désirait « l’argent de l’Union mais aussi celui de nos contribuables avec l’évasion fiscale » et que l’UE ne pouvait pas l’accepter. Au final, ce bras de fer interne au parlement européen et avec la Suisse n’entraine des conséquences que pour les travailleurs frontaliers, les étudiants et les universitaires.