L’aéroport de Notre-Dame-des-Landes

Les recours et procédures judiciaires sont chose commune quand il s’agit du projet de construction de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes.

Une situation en suspend

La plupart ne menacent pas le début des travaux, mais la mise en demeure de Bruxelles en 2014 a changé le cours des choses.
La Commission Européenne reproche à l’État français d’avoir manqué de précision concernant l’impact environnemental du projet, notamment concernant l’effet des différentes infrastructures annexes à l’aéroport. Cette violation du droit européen a conduit à la suspension des travaux jusqu’à régularisation de la situation.

En réponse à cette mise en demeure, l’État a publié en juin 2016 un volet au schéma d’aménagement du territoire (Scot) de Nantes Saint-Nazaire qui réalise une nouvelle synthèse environnementale. Le Scot est un document qui précise les choix d’aménagement de la zone jusqu’en 2030.

Bien que Notre-Dame-des-Landes n’en représente qu’une partie, il sert de support pour argumenter auprès de la Commission Européenne afin de reprendre les travaux.

Joël Guerriau

Mais cette version révisée n’a été approuvée par l’assemblée métropolitaine qu’en décembre 2016, et il faut encore que Bruxelles examine et approuve ces changements.

Vers une évolution politique ?

Les prochaines élections présidentielles pourraient également changer l’orientation de l’état concernant ce projet qui fait désormais débat depuis les années 2000, puisque Benoît Hamon, candidat socialiste à la présidentielle, y est par exemple opposé, tout comme le sénateur maire Joël Guerriau.