L’Etat teste des voitures-radar privées

Les voitures-radar entrent dans une nouvelle ère, celle de leur privatisation. Pour le moment rien n’est fait, mais l’essai laisse présagé un changement important pour les automobilistes.

Une période d’essai

L’expérimentation a commencé vendredi dernier, le 25 février, un test qui selon la Sécurité routière « doit durer plusieurs mois » et doit conduire à l’« homologation du dispositif ». Mais rien d’autre n’a été communiqué pour le moment.

voiture radar

Limiter les infractions

L’objectif officiel est d’accroître l’utilisation de ces radars installés dans des voitures banalisées qui pour l’heure actuelle doivent être conduites par des gendarmes ou des policiers.
En effet, pour l’instant, elles ne roulent en moyenne que 1h13 par jour, un temps qui devrait passer à 6 heures voire 8 heure par la suite grâce à l’externalisation de la conduite. Cela multiplierait potentiellement le nombre de PV par six selon Yakarouler.

Une multiplication des PV

En 2015, les quelque 300 voitures en service avaient déjà généré 1 140 268 avis de contravention. On peut donc facilement imaginer près de 10 millions de PV, qui représenteraient environ 700 millions euros d’amendes, celles-ci étant en majorité de 68 €.

Yakarouler et le big-data

Une manne financière, donc, mais qui soulève des questions quant au bien-fondé de ce dispositif, notamment quant au fait de confier une fonction régalienne à des personnes privées.